Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Celui où dans un restaurant élaboré ou dans une brasserie, lorsque l’on vous proposait un dessert, ce n’était pas sur la carte, c’était sur un chariot véhiculé par le maître d’hôtel. Et là, sous vos yeux d’enfants, apparaissait un monde de merveilleuses douceurs sucrées préparées par le chef pâtissier. 

Bien sûr, il pouvait arriver que la table servie avant vous vous préempte la dernière religieuse ou le dernier baba au rhum avec lequel vous escomptiez terminer votre repas. Mais, jamais pris de court, le maître d’hôtel vous disait : « Je vais voir si il en reste en cuisine »

Mystérieusement, ce monde merveilleux du chariot à desserts a disparu un jour sans que l’on sache pourquoi, alors que son confrère, le chariot de fromages, continue à circuler entre les tables.

Messieurs les restaurateurs, quand vous rouvrirez, faites-nous un petit clin d’œil : ressuscitez ce chariot à desserts qui nous émerveillait tellement !

François Varay